Partagez | 
 

 Ta tata tadam, siffler en travaillant ♞ steven

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Callum J. Hamer
avatar



Nombre de messages : 18
Date d'inscription : 20/12/2011
Age : 25

Emploi : Infirmier
Animal : Loup du canada


MessageSujet: Ta tata tadam, siffler en travaillant ♞ steven   Jeu 22 Déc - 2:31

✎ Ne pleurez pas votre passé car il s’est enfui à jamais. Ne craignez pas votre avenir car il n’existe pas encore. Vivez votre présent et rendez le magnifique pour vous en souvenir à jamais.


    Allez savoir pourquoi, cette nuit, j'avais rêvé de Blanche-Neige. Ou plutôt, des sept nains qui sifflaient en revenant d'être allé joué de la pioche pour récupérer des diamants gros comme des ballons de basket. Ou plutôt, j'avais rêvé de ces même nains qui me pourchassaient sans relâche dans les couloirs de l'hôpital où je travaillais depuis peu. Absurde me direz vous. Et bah oui totalement. Tout ça c'était la faute d'Ed, un collègue humain avec qui je m'étais rapidement lié. Il faut dire qu'un type qui vous ressort sans sourciller les répliques de Watchmen vaut son pesant d'or. Encore plus quand il manie le cynisme aussi bien que Rorschach. Mais c'est un bon vivant le Ed. Et un père formidable. D'où le lien avec les sept nains et Blanche-Neige. En fait ses deux filles l'avaient tanné pour le regarder la veille de notre conversation et nous avions passé notre service à parler (entre autre) de ce film. Film que, bien qu'étant des garçons, nous avions vu. Et revu. Combien j'avais pu frissonner petit quand la vieille marâtre se transformait en vieille folle de sorcière ! Quoiqu'on en dise, revenir quelques années en arrière pour se rappeler quelques bons souvenirs, il n'y avait rien de mieux pour faire passer le temps plus rapidement. Non pas que je m'ennuyais au boulot, il y avait plein de choses à faire et les journées ne se ressemblaient pas mais quand on rigole, tout se passe mieux. La mort et la maladie semble reculer.

    De plus, avec notre conversation, il n'y avait pas que nous qui avions rigolé. Quelques patients nous avait demandé la cause de notre hilarité et cela avait été un réel plaisir que de les voir sourire, ne serait-ce qu'un instant. Dieu, je fais dans le sentimental. Je déteste ça. Rejetant mes couvertures, j'étais partis en quête d'un tee-shirt à passer le temps de déjeuner.

    Il était encore tôt, dans les quatre heures et demi du matin. Mais je prenais le quart du matin comme on dit. J'allais bosser non stop de six heures du matin à quinze heure de l'après-midi. Aussi, j'avais intérêt à blinder mon estomac car hors de question de toucher un gramme (voir un milligramme) de nourriture avant quinze heure. Et encore, comme à chaque fois, Mme Ivan allait me parler de ses voyages et je sortirais avec au moins vingt minutes de retard. Étirant ma carcasse en faisant craquer plusieurs os, je me dirigeais d'un pas assuré vers la cuisine. J'étais bien réveillé. Que j'eus mal dormi durant la nuit n'était pas ce qui allait m'empêcher d'être en forme. A vrai dire, je ne dormais jamais beaucoup. Peut-être était-ce du à ma condition ? Je m'étais renseigné sur le sujet et j'avais lu que les loups ne dormaient jamais très longtemps. Ils faisaient plutôt des siestes. Ce mot me tira une petite grimace tandis que j'attrapais la brique de lait. Super, je n'avais qu'à dire ça à mon patron. « Désolé mais je dois faire des siestes vous comprenez, les loups c'est ce qu'ils font. » Allez hop ni une ni deux tu file à la porte, t'en aurai du temps pour faire la sieste ! C'est le matin, j'ai mal dormi et je dit n'importe quoi.

    Plaisante journée qui commence !

    Je vous fait grâce des détails mais toujours est-il que j'étais en lieu et place à mon travail à six heures pétantes. Enfilé la combinaison bleu vert pâle (à vrai dire la couleur était franchement indéfinie), passés les crocs affreux qui crissaient sur le sol dès qu'il était un peu mouillé, mit autour du coup le stéthoscope comme dans les vieilles séries médicales du style urgence. Et je me hâtais dans les couloirs pour passer voir mes patients. Faisant rapidement un crochet par le tableau d'emploi du temps je vis que l'on m'avait affecté aux urgences à partir de midi. C'était la période la plus calme jusqu'à quatorze heures. Les gens n'essayent pas de se suicider ou ne vont pas s'entre-emboutir en mangeant. Non, ils mangent simplement, chacun de leur côté sans faire d'histoire. Bien c'est partit mon petit. Les mains dans les poches, je m'étais remis en route, direction Mr Eldric. Ce vieux monsieur qui écoutait toujours du classique avec son petit passe cassette. Aujourd'hui, je pariais sur Ave Maria. Cela faisait longtemps qu'il ne l'avait pas écouté. Je pouvais écouter tout en marchant l'hôpital qui s'éveillait peu à peu. L'équipe de jour remplaçait progressivement l'équipe de nuit, les patients se réveillaient et commençaient à converser, les machines que l'on relançaient émettaient ce bourdonnement si caractéristique que seul les initiés pouvaient entendre. Un bruit de pas bien particulier me fit tourner la tête ; Ed arrivait. La journée serait bonne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Ta tata tadam, siffler en travaillant ♞ steven

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Owen - Siffler en travaillant ? {UC
» Siffler en travaillant ~ [TIG]|Espagne
» Siffler en travaillant [Mission n°3]
» Salaire minimum: Ce que Steven Benoit ne pourra jamais comprendre
» Steven Benoit affirme que le président traine la patte
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
INSIDE MY HEAD ™ :: VILLE :: 
Old District
 :: 
Hospital
-