Partagez | 
 

 « Une journée banale. » - Libre -

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité



MessageSujet: « Une journée banale. » - Libre -   Ven 8 Mai - 22:35


    « La lune avait fait son apparition. Alors que la jungle était plongée dans l'obscurité, des créatures nocturnes de toutes sortes - proies et prédateurs - sortaient de leurs cachettes. Même à cette heure tardive, on pouvait les entendre.. Au beau milieu de cette jungle se trouvait un petit campement ; des touristes perdus s'étaient arrêtés dans cet endroit peu acceuillant pour passer la nuit. Ils ignoraient encore que de nombreuses créatures peu sympathiques rodaient dans les alentours. Ils étaient quatre en tout, il y avait un homme , accompagné de sa femme, sa fille, ainsi que sa tante. Ce soir là, ils avait décidé de se réchauffer autour d'un feu, mais il manquait la jeune fille , cette dernière était introuvabl. Mme Stevens commença à s'inquièter.

      - Wilson, sais-tu où se trouve Ashley ?
      - Non, mais .. je pensais qu'elle te l'avait dit ..


    La mère fut prise de panique. Elle se leva brusquement puis cria de toute ses forces le nom de sa fille, son mari fit de même. Ils n'eurent aucune réponse, ce qui augmenta leur crainte. Quand ils demandèrent - une seconde fois - à tante Stacy si elle savait où se trouvait la jeune ado , elle ne répondit pas.

      - Tante Stacy .. ça ne va pas ..
      - Deux yeux jaunes .. horribles.. effrayants..


    Ils n'eurent pas le temps de comprendre ce qu'elle voulait dire qu'une silhouette surgit de nulle part. La panthère observait avec malice les humains qui n'osaient même plus bouger. Elle gronda férocement en se rapprochant des bipèdes. Puis, sans prévenir, elle sauta sur la tante, plantant sauvagement ses crocs dans sa gorge. L'épouse s'évanouit. Mr Stevens se précipita vers sa femme afin de la réveiller, tremblant de tout ses membres. En peu de temps, la tante rendit l'âme. La bête féroce reprit son souffle puis se jeta sur le couple, elle fit de même. Une fois son oeuvre termine, la panthère de chine observa les corps inertes de ses victimes. C'est alors qu'elle reprit ses esprits. Elle se figea à son tour, sentant son coeur exploser dans sa poitrine. Peu de temps après, elle redevint humaine.

    Ashley tomba à genoux, impuissante. Elle avait tuer ses parents et sa tante. »

    Je me réveillai en sursaut. Résultat ; j'étais tombée de mon lit. La chute fut douloureuse.. Je vérifiais rapidement que je n'avais rien de cassé en lançant quelques jurons. Ca pour un réveil en douceur .. Je me relevai lentement, encore tremblante tant ce rêve - ou plutôt, ce cauchemard - m'avait semblé réel. Je m'assis doucement sur mon lit, en frottant mes yeux à moitié ouverts. Quand j'eus enfin repris mes esprits, je jetai un coup d'oeil à mon réveil, pensant que je m'étais surement réveillée très tôt. A ma grande surprise, j'étais très en retard. Je bondis aussitôt de mon lit, avant de me jeter dans la salle de bain. 20 minutes plus tard, j'étais prête. Je n'eus pas le temps de prendre une douche bien froide, ce qui me fit râler. J'imaginais déjà la tête du professeur énervé une fois de plus par mon retard. Je me mordis la lèvre à cette pensée, essayant de de pas trainer d'avantage. Je quittai alors ma chambre puis je dévalai les escaliers menant au couloir principale. Toujours en courant, je traversa le couloir pour rejoindre la salle de cours. Arrivée devant la porte, je repris mon souffle puis j'attendis quelques secondes, hésitant. Je priai pour que ce savon soit rapide. Timidement, je toqua à la porte. Une voix grave y répondit, m'ordonnant d'entrer. J'ouvris lentement la porte. On me demanda d'entrer rapidement. Je m'executai, prenant mon temps pour refermer la porte, fuiyant ainsi le regard du professeur, ainsi que ceux des élèves présents. J'entendis - grâce à mon ouïe dévelopée - les nombreuses réfléxions de mes camarades, je me raidis. Je me retournai vers le professeur, croisant son regard réprobateur. Après le petit discours habituel - car ça n'était pas la première fois que j'arrivais en retard à son cours - il me pria de rejoindre ma place pour qu'il puisse continuer son cours. Le regard rivé sur le sol, je pressai le pas jusqu'à ma place avant de m'assoir. Je sortis mes affaires sous le regard amusé de quelques élèves. Je tachai de les ignorer, faisant mine d'écouter le professeur, ce serait bête de l'énerver d'avantage.

    Quand la sonnerie retentit, je rangeai rapidement mes affaires puis je sortis de la salle. Le professeur n'eut pas le temps de m'arrêter pour mettre au clair certains points, j'en fus soulagée. Pourtant, je savais que la prochaine fois, il ne m'épargnerais pas, mais tant pis. Comme tout les jours, je me fondis dans la foule qui allait et venait dans le couloir. D'un pas lent, je me dirigea vers la salle où avait lieux mon prochain cours. Le cours de Maths. Je n'étais vraiment pas pressée, je détestais les Mathématiques depuis que j'étais petite, et ça n'allait surement pas changer aujourd'hui. Mais je ne pouvais pas me permettre d'être en retard une seconde fois. Ainsi, c'est avec une grande absence de motivation que j'entrai dans la salle de cours. Après m'être installée au fond de la classe, je me coucha sur la table. Je ferma les yeux, essayant d'oublier la voix agaçante de la prof' de Maths. Quand le cours fut enfin terminé, je sortis tout aussi rapidement que pour le premier cours, me dirigeant ensuite vers la cours. C'était enfin la pause .. Une fois dehors, je pris de grande bouffée d'air pur, heureuse de pouvoir enfin me détendre. Je m'installai sur le banc le plus proche. J'aperçus un peu partout des animaux de toutes sortes; un coyote, un aigle royale, un alligator, un lemming, un quarter horse, un loup du canada , un hypotrague et bien d'autres, mais je n'aperçus aucun félin. J'observai les alentours. J'aperçus alors un distributeur. Cela tombait bien, je n'avais rien avalé ce matin. D'un bond, je me levai puis me dirigeai - de ma démarche féline - vers le distributeur. Je fouillai dans mon sac avant de sortir quelques pièces. Je pris mon temps pour choisir. Finalement, je fus tenté par des M&N's. Je fis le code, insérai une pièce puis attendis que le paquet tombe pour le prendre. Je revins ensuite vers le banc, le paquet en main. Sans attendre, je l'ouvris. Je pris quelques M&N's avant de le croquer avec gourmandise. Je terminai rapidement le paquet.

    Je jetai le sachet vide dans une poubelle puis, je me levai. Je m'étirai longuement avant de poser mon regard sur un grand chêne qui se dressait à quelques mètres de moi. Je m'en approchai avec curiosité. Quand je pus enfin toucher le tronc de l'arbre, j'eus une idée. Avec agilité, je grimpai dans l'arbre. Je me hissai facilement en haut du tronc, jusqu'à atteindre les plus hautes branches. Je disparue dans l'épais feuillage du chêne, sous le regard intrigué de quelques élèves de ma classe. Après quelques instants, je réapparus sous la forme d'une belle panthère de chine. Je me couchai alors sur une des branches de l'arbre, laissant mes membres pendrent dans le vide.

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité



MessageSujet: Re: « Une journée banale. » - Libre -   Jeu 21 Mai - 13:38

    La lumière de mon réveil éclairait le plafond d’un triste orange. 8h00. J’avais cours dans 30 minutes, et je n’étais toujours pas prêt. Etalé dans mon lit en caleçon, la couverture à moitié par terre, je regardais par la fenêtre. Le soleil était déjà haut, essayant d’entrer dans ma chambre, malgré les lourds rideaux qui décoraient le vitrail. Je n’avais pas dormis de la nuit, tourmenté par de lugubres rêves qui se manifestaient dangereusement, presque par habitude. Je décidai alors de me lever, quittant ce lit pourtant si confortable, mais avec qui je n’avais pas fermé l’œil de la nuit. Je me dirigea ver la salle, alluma la lumière bleutée, et me dévisagea devant le miroir. D’horribles cernes soulignaient mes tristes yeux clairs, me donnant un air de zombie. Mes cheveux ? Pire que les balais …. On aurait dit un bourré !

    Mais oui c’est ça, je ressemblais à un zombie qui venait de se prendre une cuite. Holala, la galère ! Je ne vais pas pouvoir aller en cours comme ça ! Déjà que je n’ai pas l’air net quand je vais bien, mais alors là, c’est l’apocalypse !

    Alors essayant à tout pris de ressembler à un être humains - même si je n’en suis pas vraiment un- je me mis un peu d’eau sur le visage, et me coiffa. J’ouvris ensuite mes volets, laissant les rayons du soleil m’éblouirent. J’enfilai un vieux jeans, un T-shirt noir, et sortit de ma chambre, sans prendre de déjeuner (pas le temps).

    Les couloirs grouillaient d’étudiants, sous formes humaines ou pas, se dirigeant tous vers les salles de cours. Je suivis alors le mouvement, me dirigeant vers mon premier cours. J’espérait passer sous silence avec ma pauvre tête de shooté. J’entrai dans la salle, m’assis près de la fenêtre, et contempla le merveilleux tableau noir où regorgeaient d’innombrables équations. Je n’avais jamais aimé l’école, et ça n’allait certainement pas changé. Vous aller me dire que j’ai 19 ans, majeur, toutes mes dents, et que je peux donc partir d’ici. Seulement voila, il y a toujours une question qui reste dans mon esprit : Où j’irais ? Nulle part. Il y a qu’ici où je peut rester. Qu’ici où je me sens bien. Alors je vais me taire, et continuer à résoudre ces saletés d’équations. Et comme je suis toujours si fort en maths, je me mis à barbouiller ma feuille de leçon de quelques dessins, par ci pas là. L’heure passa assez vite et je me dirigea, accompagné de ma classe, dans notre autre salle. Cours d’économie. J’aime savoir comment à eu lieu la faillite de toute ces entreprises, de savoir comment calculer le temps d’échec d’un produit ! Que c’est magnifique !

    Cela faisait 1h30 que j’étais en cours, et déjà me sentais en manque de liberté. La chaleur emprisonna la salle, augmentant mon ennui. Je ne bougeais plus, essayant à tout pris de garder mon mal être, et priai le dieu des sonneries pour qu’il accomplisse son devoir. C’est alors que mon rêve s’accompli : Le Saint m’avait entendu !

    Je sorti en vitesse de la salle, bâclant mon sac, et partis respirer de l’air frais. Il n’y avait que peu de monde dans la vaste cour, mais des rires se firent entendre, balayés par le vent. J’inspirai profondément, laissant la douce atmosphère faire le reste. J’étais si bien.

    Mes yeux river sur le ciel, je voulu faire un tour, mais je savais pertinemment que si je partais, je ne reviendrai uniquement le soir, oubliant mes cours. (Je n’en n’ais peut être pas l’air, mais je n’ais vraiment pas envie de me faire expulser de l’école par manque de travail) C’est alors que mon regard se posa sur un gros chêne, regorgeant de superbes feuilles vertes. Je ne pu résister à la tentation. En moins d’une seconde, je me transformai en un Grand Corbeaux, volant à pleines ailes vers les lourdes branches. Je montai le plus haut possible, cherchant en même temps une place digne d’une pause. Je trouvai alors un coin tout à fait ravissant, m’offrant une vue sur le vaste campus. Je garda ma forme animale et me mis à contempler le paysage.

    C’est alors qu’un bruit de feuillage perça le doux silence, me sortit de mes rêves. Je tourna la tête et remarqua une sublime panthère. S’allongeant sur une des branches par de délicats gestes, elle laissa pendre ses pattes dans le vide, tout en gardant le plus tendre silence. Sa présence ne me dérangea pas, mais ne voulant la perturber, je restai dans mon coins, la contemplant secrètement. Une proie admirant son ennemi. C’est un peu paradoxal, mais je suis sûr que Mère Nature me comprendrait.
Revenir en haut Aller en bas
 

« Une journée banale. » - Libre -

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Traversée des collines une journée brumeuse... (libre)
» La mort est une journée qui mérite d'être vécue [libre]
» Une magnifique journée dans la prairie [LIBRE]
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
INSIDE MY HEAD ™ :: FIRST STEP :: 
Archives
 :: 
Old Time
-