Partagez | 
 

 Une simple promenade.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nathan L. Jagger
avatar



Nombre de messages : 250
Date d'inscription : 04/07/2007
Age : 27

Emploi : Au chômage
Animal : Tigre de Sibérie


MessageSujet: Une simple promenade.   Mar 21 Avr - 0:09

  • PV Loganounet : coeurrr :

    14h36

    Après avoir fini de déjeuner, un déjeuner bien léger qui se résumait à une tranche de jambon et une pomme rouge, Kazan, n'ayant pas cours cette après-midi là, avait décidé d'aller se promener.
    Aussi simple que ça, il se baladait dans le parc, sifflotant gaiement, donnant des coup de pieds dans l'herbe.
    La journée avait été slendide. Le soleil rayonnait depuis le matin,s'amplifiant sous les coups de midi. Cette matinée radieuse expliquait la bonne humeur du jeune homme. Il adorait le soleil et la chaleur. Il avait toujours vécu avec.
    Une seconde pomme dans la main, il croqua dedant, se délectant du jus qui coula le long de son machoire carrée.
    Le garçon passa sa langue sur ses lèvres, à la manière d'un chat. Ce qui n'avait rien d'étonnant, puisqu'il était un guépard. Royal même, grâce à ses rayures caractéristiques sur le dos souple du félin.
    Mais là, c'était en tant que simple humain que Kazan profitait des rayons du soleil qui réchauffaient son dos. Le garçon était torse nu, comme souvent d'ailleurs, avec un simple jean couleur délavée et une paire de pompe quelconque.
    Ses cheveux bruns étaient carrément en bataille, comme quand il sort du lit. De toute façon, Kazan ne se les brossait jamais. Mais cette coupe lui donnait le genre qui correspondait à son esprit : sans arrêt en train de batailler, sans dessus-dessous.

    Le dernier morceau mangeable de pomme arraché, il la jeta dans un buisson, histoire de nourrir les petites bêtes.
    Complétement paumé dans ses pensées, il ne s'état pas rendu compte qu'il état parti bien loin du parc.
    Même, il était arrivé dans un endroit très particulier.
    Une sorte de grand bâtiment le surplombait. Deux humains paraissaient garder son entrée. Voilà qui intéressait Kazan.
    Le garçon grimpa agilement la colline, et se posta sans gène devant les gardes.
    Eux lui bloquèrent derechef l'entrée, ce qui amusa Kazan qu'a moitié.
    De sa voix grave et harmonieuse, voir un brin aguicheuse - sans surtout paraïtre pour une tapette-, il leur demanda.
    "Mmh, c'est quoi ici pour que vous gardiez l'entrée comme si elle renfermait le plus beau trésor du monde ?"
    Un peu bêtes, les deux gardes se regardèrent, puis, sans piper mot laissèrent passer Kazan. Geste qui étonna ce dernier, mais il n'allait pas s'en plaindre.
    Avec souplesse, il passa entre les deux gardes, et entra dans le batîment.
    Au début, tout était silencieux. Puis, au fur et à mesure qu'il avançait, une cacophonie animale lui parvint aux oreilles.
    Des rugissements, des feulements, caquètements, hurlements et bien d'autres meublaient étrangement les murs blancs du bâtiment.
    Kazan tourna à la suite d'un couloir, à droite, et tomba sur une imense pièce.
    Dans celle-ci avaient de nombreuses cages, plus ou moins grandes, adaptées aux captifs.
    Dans chaque case avait un animal. Kazan fronça les sourcils de dégoût.Où était-il arrivé ?

    Lentement, le jeune homme passait devant les cages. Un féroce loup lui grogna dessus hargneusement. A la hauteur de sa tête, dans une cage suspendu, un perroquet lui cria dans les oreilles, ce qui le fit sursauter, et pas qu'un peu.
    Kazan secoua la tête, et continua de marcher entre ces cages, curieux. Il remarqua que sur chaque cage était suspendu une pancarte, contenant le type de l'animal, le nom de l'humain ainsi que sa classe, et les circonstances pour lequelles il s'était fait enfermé.
    Aussi, le jeune homme comprit mieux l'intêret de ce lieu.
    Un rugissement particulier l'attira dans un coin reculé. Une grande cage contenait un somptueux ours brun, mieux même, un grizzli.
    Le jeune homme le fixa avec attention, un long frisson parcouru son dos. Il ne savait pas si il était du au fait qu'il avait froid, torse nu dans le bâtiment, ou à cause du plantigrade qu'il admirait en silence.

_________________

I was born a shotgun in my hands. Behind the gun I'll make my final stand. And that's why they call me, Bad Company. I can't deny. Eye for an eye and a tooth for a tooth. Blood for blood. We've all gotta die.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité



MessageSujet: Re: Une simple promenade.   Mar 21 Avr - 20:22

    Dans un bruit sourd et étouffé par l'herbe grasse, les larges pattes musclées du plantigrade foulaient avec toute la rapidité du monde la vaste pelouse du parc. La gueule entrouverte et encore tâchée de sang, un souffle rauque et haletant en émanait à chaque foulée effectuée. À quelques mètres derrière lui courraient deux hommes armés de filets et de fusils en tout genre. L'un semblait tenir sa casquette d'une main, déjà rouge comme une pivoine, le souffle encore plus haletant qu'un hippopotame en rut. Mais il semblait courir juste derrière son camarade qui, déjà bien moins rouge, soutenait l'allure. Il armait de ces fameuses flèches tranquillisantes son fusil, tout en butant contre les mottes de terres dans l'herbe. Sans regarder où il mettait les pieds, il sembla manquer de se gaufrer au moins six fois. Malgré la chaleur et la fatigue qui semblait l'envahir, l'ursidé en une longue foulée sembla reprendre de la vitesse et une petite avance.

    Le tout était de savoir le pourquoi de cette poursuite. Aux alentours de 14h00 notre ami Logan déclenche un habituel accrochage entre lui et un des joueurs de football. Pris de cet excès de rage ce fut les deux animaux qui s'affrontèrent. Le félin qui lui faisait face lui causa bien des dégâts tout le long de son dos, des griffures profondes données avec telle lenteur que ça l'avait encore plus rendu fou de rage. Il en vint à ne plus se contrôler et blessa grièvement l'étudiant face à lui. Suite à cela les amis dudit blessé appelèrent nos fameux Dupont et Dupont et vint ensuite notre poursuite.

    Traversant l'un des vaste massif de fleurs, qui ressemblait plus à un petit bois, le grizzly semblait telle une pelleteuse tout dégager de son chemin. Les gardiens ralentirent l'allure et l'autre pointa son arme tout en suivant le plantigrade avec application. Un coup de feu détonna dans l'air accompagné d'une envolée d'oiseaux. Logan eut un râlement rauque qui ne se définit alors que par un grondement sourd. Sa vue sembla se brouiller un court instant mais la masse de muscle gardait de l'énergie pour qu'il s'élance de nouveau. Les gardes stupéfaits qu'une dose d'éléphant ne suffisait pas, tirèrent encore une fois. Le grizzly ne fit que deux mètres de plus avant de s'effondrer.
    Citation :
    Logan Trey Murdock - Krosia
    10ème admission.
    A tenté de "bouffer" un élève.
    La pancarte fièrement accrochée sur la cage, le gardien eut ce rire mesquin, en se voyant déjà vainqueur d'une lutte interminable. L'agrafeuse fixant la pancarte résonna dans son crâne en un son dix fois plus fort que la normale. La gueule pâteuse, le grizzly ouvrit les yeux tout en émanant doucement. Il avait l'impression d'avoir la tête sur le point d'exploser. C'était du à leurs fameux calmants, mais si vous voulez mon avis il n'y a pas que du calmant dedans... Fort heureusement il se trouvait dans une cage aussi haute que large. Se levant avec peine il râlait intérieurement, pestiférant sur ces crétins de footballeurs et sur ces saloperies de gardes. Il lâcha un rugissement rauque de mécontentement qui fit rire l'un des gardes. Le regard du grizzly le chercha du regard, tout ce qu'il vit c'est un étudiant debout au milieu des cages à l'observer attentivement. *Fixe moi encore longtemps comme ça et j'te ferais bouffer les barreaux de cette p*tain de cage* Sa pensée s'accompagna d'un grondement agressif avant que d'une poussée ultime il ne se mette debout, tout en grondant de plus belle. Il n'y avait qu'une fois ainsi posté qu'il semblait plus impressionnant, plus fait de muscles que sur ses quatre pattes. Sous son épaisse fourrure gisait encore les entailles profondes données par le pseudo félin, le faisant grimacer intérieurement lorsque qu'il se relaissa tomber sur ses quatre larges pattes.
Revenir en haut Aller en bas
Nathan L. Jagger
avatar



Nombre de messages : 250
Date d'inscription : 04/07/2007
Age : 27

Emploi : Au chômage
Animal : Tigre de Sibérie


MessageSujet: Re: Une simple promenade.   Sam 25 Avr - 14:26

  • Le magnifique animal obsédait Kazan. C'était tout le temps comme ça, de toute manière.
    Dès que le garçon voyait, croisait un animal, il ne pouvait s'empêcher de s'arreter, et de le regarder, de le fixer detout son soûl. Il apprenait en observant les animaux, leur manière de bouger, de respirer.
    Ce grizzli émerveillait Kazan. Il le regardait sans presque ciller, immobile, comme une statue. Pourtant, il ne ne lâchait pas des yeux. Tout dans la façon d'être de l'ursidé plaisait à Kazan.
    Comment il rugissait, un bruit rauque et terrifiant, comment il grognait, dévoilant ses crocs à Kazan pour l'intimider.
    Mais le garçon n'avait pas du tout peur. Il n'avait jamais eut peur des animaux, et ce grizzli ne faisait pas exception.
    Même quand l'immense ours se dressa sur ses pattes arrière, sa carrure prenant toute la hauteur de la cage, Kazan ne recula pas, laissa simplement ses yeux savourer la force de l'animal.
    Enfin, sorti de son étrange léthargie, Kazan cligna des yeux, qui se posèrent sur la pancarte.
    Ainsi, ce n'était pas la première fois que "Logan" venait ici. Il devait être réellement dangereux pour que ce soit la dixième fois qu'il se retrouve derrière les barreaux.
    Kazan afficha une moue un peu exaspéré, puis se reprit. Non, ce Logan ne faisait sûrement pas exprès de venir ici.
    Les mains dans les poches, Kazan s'était mis à réfléchir, ignorant à présent ceux qui l'entourait.

    Il se doutait à présent que Logan ne devait pas vraiment contrôler ce grizzli. Si il avait "tenter de manger un élève", c'est que l'ous l'y avait forcé.
    Un second raisonnement vint à son esprit. Et si, tout simplement, Logan était naturellement vil. Ce qui était tout à fait possible.
    Kazan regarda d'un autre oeil le grizzli, et sa crsiosité le poussa à se demander à quoi il ressemblait en humain.
    Il jeta un coup d'oeil derrière lui. Il était le seul humain, et les gardes n'étaient pas présents.
    Kazan recula, et quitta l'endroit reculé où se tenait le grizzli. Non, il ne quittait pas déjà cet endroit, mais sentait qu'il n'avait pas tout exploité encore. Aussi, le jeune homme se mit à "zigzaguer" entre les autres cages, regardant de nombreux animaux, certains loin d'être aussi sauvages que l'ours, et d'autres tout autant.
    A nouveau, il s'arreta devant un second animal, un superbe aigle, qu'il admirait comme il l'avait fait précédemment avec l'ursidé.
    20 minutes passèrent. L'aigle en question s'était calmé. Kazan pensa qu'il en était de même avec le grizzli.

    Lentement, il reprit le chemin vers la cage du plantigrade en sifflotant. Il jeta un oeil à l'entrée, où les gardes étaient debout, mais bavardaient tranquillement.
    Ils servent vraiment à rien.
    Kazan rejoignit la cage. Quand il arriva, bien entendu, Logan était encore là, mais le jeune homme n'aurait su dire si le grizzli s'était calmé ou non.
    Aussi étrange que rare, Kazan, pourtant très solitaire, ne pensant qu'a sa pomme, avait l'air de s'intéresser au grizzli, celui-ci attisait sa cursiosité insatisfaite.
    Le brunse planta devant la cage, les main dans les poches, attendnt une réaction de la magnifique bête.

_________________

I was born a shotgun in my hands. Behind the gun I'll make my final stand. And that's why they call me, Bad Company. I can't deny. Eye for an eye and a tooth for a tooth. Blood for blood. We've all gotta die.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité



MessageSujet: Re: Une simple promenade.   Lun 4 Mai - 0:35

    L'observateur repartit le regard de l'ours se promena à droite à gauche de la pièce. Bien que les gardes n'exerçaient jamais correctement leur travail, ils étaient tout de même là. Logan se souvenait des longues nuits de poker, il lui était même arrivé une fois de jouer avec eux. Le pire était qu'il les avaient plumés et qu'il en avait gagné sa liberté. C'est d'ailleurs surement pour ça que depuis ce temps là, ils ne l'approchent plus. Le plantigrade eut un grondement renfrogné, voyant déjà les élèves enfermés reprendre forme humaine et gueuler à tout va après leurs geôliers. Ils les suppliaient même pour certains. Jamais notre Logan national ne s'agenouillerait face à ces crétins pour pouvoir sortir. Non comme toujours il trouverait le moyen pour réussir à tout démolir et à sortir en piteux état. Mais à sortir d'ici.

    Un rugissement d'impatience sortit de la gueule béante de la bête, secouant son pelage souillé de sang avec vivacité, il sembla fixer la sortie avec avidité. Mais ce regard presque remplit d'une lueur d'espoir s'assombrit bien vite. Les gardes semblaient distraits, assez pour qu'il ose une sortie spectaculaire et qu'il s'en sorte indemne. Le seul dilemme fit ce jeune homme qui revint près de sa cage. Comme si avoir des gardes ne suffisaient pas, il fallait qu'il se coltine un voyeur. La masse de muscle sembla frémir de tout son long. Le poil hirsute et sali par sa fugue, il observa cet étudiant s'approcher de plus en plus de sa cage, quand il vit la distance se réduire pas à pas, quand il vit ce qu'il souhaitait enfin, une lueur perfide éclaira ses deux prunelles sombres.

    L'inconnu ne bougeait plus le fixant derechef sans ciller, sans bouger. Respirait-il ? Las d'être observé comme une bête de foire et d'être enfermé, l'animal se mouva brusquement. En un rugissement rauque il se mit debout, ses larges pattes avant heurtant avec force les barreaux de sa cages, en un rien de temps ce fut le jeune homme à la place du plantigrade sauvage. Passant son bras dans la foulée à travers les barreaux il put saisir son voyeur par la nuque avec force tout en le ramenant brusquement jusqu'aux barreaux de sa cage. Un sourire se dessina sur ses lèvres lorsque le visage du jeune homme heurta la cage. Maintenant son "otage" par le cuir chevelu, il approcha son visage jusqu'à celui de son futur complice.

    Le jean terreux et abimé, ses rangers dans le même état et torse-nu, Logan attira déjà l'œil aux autres détenus, mais pas même aux gardiens, trop occupés. Son torse et son dos balafrés de griffures encore sanguinolentes, il était dans un état devenu fréquent chez lui. Il resserra sa prise et sembla maintenir avec force son otage avant de déclarer simplement avec rage. « Si tu veux pouvoir encore te servir de tes yeux et observer les petites bêtes en cage t'as intérêt à m'sortir de là ! » Il se l'était promis qu'il allait lui faire bouffer les barreaux de sa cage, mais n'avait pas prédit qu'il pourrait se servir de lui. Si ce jeune homme l'aidait il le laisserait surement tranquille, mais croyez moi que s'il partait sans même bousculer un garde, une fois dehors Logan ne ferait pas de quartiers. C'est un homme de parole... malhonnête, exécrable et brutal, mais de parole.

    Il attendit un quelconque mouvement de la part de l'étudiant puis le relâcha. Fronçant le nez et les sourcils il finit par lâcher désagréablement. « Et t'as intérêt à bouger rapidement ton c*l de sale matou ! » Un grondement sourd émana du torse du jeune homme. Il aurait été une de ces racailles qui ne font même pas trembler une chèvre, il aurait craché par terre. Mais n'étant pas de ceux là, il ne fit que se reculer et croiser les bras, ses yeux d'un bleu sombre par l'animal qui était en lui scrutant les alentours. Tout ce qu'il espérait c'était que ce gringalet repérerait rapidement que ces gardiens n'étaient pas des flèches et qu'ils gardaient, en plus de ça, les clefs à la vue de tous. Surement leur technique pour enrager tous ceux en cage... Peu concluant je vous l'accorde. Le regard dur du jeune homme se reposa sur le brun, attendant qu'il daigne se bouger, retenant la bête tapie en lui.
Revenir en haut Aller en bas
Nathan L. Jagger
avatar



Nombre de messages : 250
Date d'inscription : 04/07/2007
Age : 27

Emploi : Au chômage
Animal : Tigre de Sibérie


MessageSujet: Re: Une simple promenade.   Mer 6 Mai - 19:27

  • Même si Kazan voyait que l'ours était particulièrement sauvage, il resta planté devant lui.
    Derrière eux en effet, les animaux reprennaient leurs formes humaines et gégnaient avec leurs voix si ridicules comparées aux majestueux grogements du grizzli. Rien que de sentir des présences humaines énervaient Kazan. Ses sourcils se froncèrent, et son visage, déjà pas très expressif, se ferma complètement.
    Il se reconcentra sur l'ursidé menaçant, qui s'était dressé sur ses pattes arrière, s'appuynt de toutes ses forces sur les barreaux. Kazan ne recula que très légèrement. La bête parut se concentrer sur la sortie, les gardes, puis, a peine le garçon cligna t-il des yeux qu'apparut l'humain-grizzli.
    Là, Kazan ne put savoir quel était le plus terrifiant entre le garçon décharné en face de lui ou le plantigrade qui se tenait devant lui 30 secondes auparavent.
    Le jeune paraissait à peine plus âgé que lui. Vétu que d'un jean très abimé, il avait l'air aussi sauvage que le grizzli qui l'habitait. Ses yeux étaient remplis de... haine ? Fougue ? Méchanceté ou violence, Kazan e put le décerner. Peut-être tout celà à la fois.
    Chatain très clair, voir blond, grand, bien bati, il fixait hargneusement le brun, qui même si il n'était pas vraiment gringalet, le paraissait devant l'homme à côté de lui.
    Kazan le fixa un instant, puis l'humanité du blond l'agaça déjà. Il la fuyait tout le temps.

    A peine l'idée de repartir lui était arrivée en tête que, brusquement, il se fit tirer par la nuque, d'une poigne de fer qu'il n'aurait pas pu résister en plus de l'effet de surprise, jusqu'à heurter les barreaux. Un clou innoncent lui ouvrit la joue, mais Kazan n'en grimaça pas pour autant.
    Tenu très près du garçon nommé Logan, il n'en exprima pas pour autant de la peur. Kazan partit un court instant dans ses pensées, comme il le faisait souvent. Ainsi, comme il se l'était demandé un peu plus tôt, le blond paraissait véritablement vil et hargneux, prenant plaisir à brutaliser.
    Voilà qu'il était déjà catégorisé d'après Kazan.
    Ce dernier n'esquissa pas un mouvement, attendant simplement que Logan-grizzli le lâche.
    Et ceci pas avant qu'il ne prononcer ses mots méchament.

    "Si tu veux pouvoir encore te servir de tes yeux et observer les petites bêtes en cage t'as intérêt à m'sortir de là !"

    Drôlement affectueux dis-donc. A peine relaché, le brun recula pour de bon et se massa distraitement la nuque. Du sang coulait le long de sa joue, de son épaule et finissait sa course en gouttant sur le sol froid de ce batîment. Plic, Ploc. Assez lugubre et film d'horreur.
    Kazan ne lui répondit pas. Même si il n'en avait vraiment rien à faire de ce Logan, même si il se doutait bien qu'il finirait pas sortir seul, l'idée de le faie sortir était tentante. La seconde phrase lui cingla les oreilles. Kazan daigna enfin le regarder dans les yeux, ses yeux d'un bleu profond.
    Vrai, même si il était une bête sauvage, autant sous forme animale que humaine, et même si il "avait tenté de bouffer un élève", Kazan pensa qu'il n'avait pas le droit d'être enfermé de la sorte.
    Pour lui, rien n'était plus important que d'être libre, autant physiquement que mentalement. Et même si le brun se fichait des autres, il n'aurait pu repartir en le laissant enfermé.

    Kazan regarda du côté de la porte de la cage. Une grosse chaine l'entourait, accompagnée d'un énorme cadenas rouillé. Pas facile, mais surtout pas impossible.
    La garçon chercha quelque chose dans sa poche. Non, il n'en sortirait pas la clé, mais plutôt deux pièces de monnaie. Une de 2€. Exactement ce qu'il voulait.
    Avec souplesse, il s'accroupit, et enfonça la pièce dans la serrure, l'endroit de plus étroit.
    Après maintes triturations, un "clic" bruyant retentit. La pièce avait tourné jusqu'a déclencher l'ouverture. Bien que content d'avoir réussi, Kazan n'en exprima rien. Le visage toujours impassible, il se redressa, et, après un coup d'oeil à Logan, se retourna, près à repartir après avoir exécuté sa tâche.

_________________

I was born a shotgun in my hands. Behind the gun I'll make my final stand. And that's why they call me, Bad Company. I can't deny. Eye for an eye and a tooth for a tooth. Blood for blood. We've all gotta die.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une simple promenade.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une simple promenade.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Une simple promenade de santé, hein Phelim?! ( RP dans le passé )
» [Event Tisseuse] Une simple promenade?
» Une simple promenade qui tourne au cauchemar
» Go Habs Go - Simple Plan
» AVIS DE RECHERCHE !!!!! LE PASSE SIMPLE AU PASSE COMPOSE !
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
INSIDE MY HEAD ™ :: FIRST STEP :: 
Archives
 :: 
Old Time
-