Partagez | 
 

 Azorius/Orzhov > Français.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité



MessageSujet: Azorius/Orzhov > Français.   Lun 16 Fév - 14:46

COURS CLASSES ORZHOV/AZORIUS



TRAVAIL D’ECRITURE



C’était en un début d’après-midi, quoi de plus découragent d’aller en cours après avoir mangé, enfin quand il pleut déjà, ça donne plus envie que s’il faisait un beau soleil. Le garçon se le demandait bien, il traînait la patte pour aller en cours, il était un peu an avance, il allait donc pouvoir préparé son tableau tout tranquille, au coin d’un tournant, il sortait la clé de sa poche, soufflait discrètement. Et le jeune homme entrait dans la salle comme si de rien n’était. Il avait eut du mal à ouvrir la porte, il rangeait la clé dans sa poche. Stressé ? Lui ? Pas le moins du monde, ce n’est pas du tout son genre. Mat’, ou plutôt Monsieur Williams diront nous, posa une chose que l’on pourrait qualifier de valise(tte) de travail tout à fait neuve, en cuir. Il posa contre son bureau, limite il la jeta. Oui, elle était neuve, sa façon de penser était qu’il pouvait bien la maltraiter un peu, elle allait bien finir par être cassée. Il fouilla à peine trente seconde pour en sortir un crayon bic et un paquet de feuille qu’il retourna, et sa propre feuille A4, gribouillé un peu partout et n’importe comment. Voilà à quoi ressemble ce jeune homme sérieux sur ses cours. Ce sont des feuilles avec ce que l’on pourrait qualifier de gribouillis, écrits même pas droit. C’est sûr que, comme ça, il ne doit pas faire très propre, soigneux, sérieux, comme prof. Mais il est plutôt de ce genre là, c’est juste qu’il établi ces cours vraiment quand une idée lui vient en tête. Alors, il prend son bout de papier et écrit comme ça sans faire attention.
Le gus chercha un craie, qu’il manqua de casser en faisant tomber. En la ramassant, il passa une main dans ses cheveux, après avoir bien regarder qu’il n’avait pas de poussière blanche sur sa main. Une chose qu’il ne supporte vraiment pas, c’est bien d’avoir plein de cette poussière de craie sur les mains, encore moins sur le visage, et puis il aurait peut de s’en mettre partout sur son pantalon. C’est pour cela qu’il avait mis un pantalon blanc et une chemise noir, avec une cravate blanche, la petite touche personnelle qui ne fait pas très prof mais qui l’amuse beaucoup. Le jeune garçon écrit, au contraire de sur son cours, très proprement le thème du cours du jour :

« La première fois qu’Aurélien vit Bérénice, il la trouva franchement laide »
Dans « Aurélien » de LOUIS ARAGON.


Il eut juste le temps de finir d’écrire que la cloche sonna. Il s’ennuya les mains de la craie, non pas sur son pantalon, mais en frottant ses mains jusqu’à plus une seule trace de poussière ne soit présente. Puis il s’accouda au mur, les mains dans les poches, l’air tout à fait décontracté, comme à son habitude, il attendait ses élèves.




Dernière édition par Mathieu J. Williams le Mer 18 Fév - 13:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité



MessageSujet: Re: Azorius/Orzhov > Français.   Mar 17 Fév - 0:25

- Nannnnnnnnnnnnnnnn fut le premier mot de Lily lors de cette journée. Non parce qu'il était 7h45 du matin et parce qu'elle allait avoir cour de français avec le prof qu'elle avait embrassé (alors qu'il n'était qu'un chien) entre les deux yeux... A vrai dire elle l'aimait bien celui là , mais se retrouver dans une salle de cour pendant 2 h... Ah mon dieu sauvez là.

- Saleté de sonnerie de portable !! Le portable vola dans tout la pièce s'écrasant lamentablement contre le mur , hé hop en 3 morceaux..
La jeune brune enfouit sa tête dans son coussin , espérant sûrement que quelqu'un vienne la sauver , sauf que la sonnerie de 8h n'était pas de cet avis.

Nonchalamment Lily sortit de son lit , tel un loir qu'on vient de réveiller. Autant dire que c'est à peine si elle savait ou elle se dirigeait , mais que voulait vous l'instinct. La réaction humaine et logique aurait été d'allumer la lumière , mais une fois n'était pas coutume Lily était tellement à la masse qu'elle se mit à chercher à tâtons l'interrupteur... Bref , il avait sûrement du disparaître dans la nuit. Lily réussit tout de même à le dénicher , elle attrapa rapidement ces affaires avant de se diriger vers la salle de bain.
La jolie brune se dirigeait tel un radar , elle esquiva plusieurs élèves et s'en prit plusieurs.
Bref à 8h20 Lily mettait juste les pieds dans le self , autant dire que son déjeuner fut vite bâclée.

Le trajet vers la salle de classe fut laborieux , déjà parce que Lily avançait à reculons , mais aussi parce qu'elle essayait désespérément de trouver quelque choses à dire pour faire comme si tout était normal. Au moins elle espérait réussir ( pour une fois) à suivre le cours sans sombre dans la déprime ou de s'endormir sur sa table. Mais elle n'y pouvait rien que voulait vous la littérature ne l'avait jamais passionné , ni les autres cours d'ailleurs...
La jeune femme essayait tant bien que mal de se souvenir le sujet de l'ancien cours. Peine perdu elle avait même du mal à se souvenir du jour ou elle avait eu court.
C'était promis , elle allait se donner dix fois plus pour le cours de littérature , simplement parce que le prof était sympa ( et qu'elle voulait sa glace) .
La cloche sonna et la jeune femme s'élança tel une guerrière a travers les couloirs. Ne jamais se laisser abattre , toujours avancer , tel était sa devise . La jeune femme rentra dans la salle de cours un immense sourire sur les lèvres.

- Bonjours ^^ lança t'elle comme si elle retrouvait une groupe de copine.
Son regard se posa sur la classe celle ci était vide...
Elle jeta un regard à mr Williams avant de rejoindre sa place comme si de rien était ....
Le regard de Lily se posa sur le tableau "La première fois qu'Aurélien vit Bérénice, il la trouva franchement laide" Louis Aragon. Ah oui Aragon elle connaissait c'était celui qui avait écrit des poèmes pendant la 1er guerre mondiale. Lily se surprenait , avait-elle suivit les cours finalement ?
Elle lança un sourire amusé au prof avant de se souvenir qu'il était le prof Razz et elle l'élève.
Son regard scruta alors la salle , c'était quoi cette histoire elle n'était jamais la première , ils étaient passés ou les autres?
Revenir en haut Aller en bas
Nathan L. Jagger
avatar



Nombre de messages : 250
Date d'inscription : 04/07/2007
Age : 27

Emploi : Au chômage
Animal : Tigre de Sibérie


MessageSujet: Re: Azorius/Orzhov > Français.   Mer 18 Fév - 0:03

  • Déjà un bon moment que Kazan était réveillé. Enfait, il n'avait pratiquement pas dormi de la nuit. Comme d'habitude, on pourrait dire.
    Il avait jeté un coup d'oeil sur son emploi du temps la veille.
    Il avait un cours de français ce matin. C'était tranquille, et il aimait assez le francais.
    C'était pour lui interessant, logique et instructif.
    Depuis donc environ 3 heure du matin qu'il était debout, et qu'il tournait en rond dans sa chambre.
    A 6h, il était descendu déjeuner, et après, il était parti se promener dans le parc, pour voir le soleil se lever, sentir les premiers rayons de la journée.
    Ses taches de rousseur étaient ressorties grâce au soleil, pourtant pas très fort.
    Et maintenant, il se dirigeait lentement, trainant un peu des pieds, en direction de la salle de francais.
    Son plan, il l'avait jeté depuis longtemps. Kazan se débrouillait seul, toujours seul. Aussi, depuis un bon moment il errait, cherchait la salle. Enfin, il était arrivé au bon batîment. Le reste était facile.
    Kazan arriva devant la salle, s'arrêta, hésita avant d'entrer.
    Pourquoi donc allait-il en cours ? Car c'étaient les règles de cette université. Et il ne voulait pas être viré, car il n'avait nul part où aller.
    Le garçon fronça les sourcils. Il n'aimait pas faire contre sa volonté.
    Et il détestait les endroits publics. Et les salles de classe encore plus. Etre confiné dans un endroit, enfermé entouré de beaucoup d'autres... Non, ce n'était vraiment pas sa tasse de thé.

    Kazan vit, la première personne entrer, une jeune homme, et puis, après, une seconde, une jeune fille.
    Le jeune homme se décida à entrer. Il se dirigea vers la salle de classe, et y entra.
    Le professeur, rangeait ses affaires. Kazan fut étonné de son jeune âge, pour un prof. Et, un prof plutôt beau.
    Le jeune homme ne lui adressa cependant ni un bonjour, ni un sourire, ni un signe de tête.
    Il alla s'asseoir seul, à une table dans le fond. Déjà, il contemplait par la fenêtre, avide de grand espace. Ses doigts tapait sur le table une mélodie qu'il avait écouté plus tôt.
    Les sourcils froncés, Kazan se demandait se qu'il faisait ici.
    Il attendait patiemment le début du cours.

_________________

I was born a shotgun in my hands. Behind the gun I'll make my final stand. And that's why they call me, Bad Company. I can't deny. Eye for an eye and a tooth for a tooth. Blood for blood. We've all gotta die.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Steven Wright
avatar



Nombre de messages : 78
Date d'inscription : 01/08/2007
Age : 22


MessageSujet: Re: Azorius/Orzhov > Français.   Mer 18 Fév - 0:18

Fly, une fois n'est pas coutume, était en retard...Bon d'acord, comme d'habitude, je disais donc, Fly était en retard. Elle avait comme Lily, même si elle ne le savait pas, balancé son portable à l'autre bout de la pièce et avait réveillée sa camarade qui l'avait recue sur la tête, s'était excusée dans un grognement et s'était ratamée en voulant se lever plus vite que possible. Elle retint un cri de rage, foudroya du regard sa camarade qui lui gueulait déjà dessus (à juste titre) et fila s'habiller en vitesse. Pour ne pas être funêbre, elle ne mit que du blanc...Histoire d'être bien crade à la fn de la journée...Bon, avouons, elle prit la première des chose qui lui tombait sur la main...un haut, un bas (heureusement) qu'elle enfila, ne prenant même pas le temps d'un coup de crayon sous les yeux. Elle jaillit de sa chambre, évitant de justesse la polochon de sa voisine, et se rua au self. Elle s'assit, et eut juste le temps d'englober un chocolat chaud et un croissant, pour sortir du self en courant presque. Elle évita la plupart des élèves, s'en prit deux qui durent la maudire à jamais, et arriva à la porte de la salle. Son premier cours de francais. Elle passa ses mains dans ses cheveux, puis entra, l'air décidée. Elle regarda l'ensemble. En retard, elle l'était, mais elle était quand même la deuxième arrivée. Visiblement...Les élèves ici n'étaient pas des lèves tôt...Comme elle UU Elle vit un prof qui avait l'air sympa, voir un peu désordonné, et apercut le tableau, et ce qui était marqué dessus. Youpiii...Sujet passionant, aux premiers abords...Après, voyons si le prof pourrait le mettre en valeur...En tout cas elle l'éspérait, sinon elle allait s'endormir. Pour ne pas se sentir seule, elle alla s'asseoir près de la seule élève déjà en classe et sortit de quoi écrire...Une trousse, un paquet de feuille, et un classeur. Elle sortit un bic, un cryon de papier et une gomme. Bin wii, si elle aimait pas le francais, elle passait en cours de dessin ! Euh...Après, à deux, c'est pas voyant, quoi... Elle soupira et pria les dieux que ce cours serait assez rapide... « La première fois qu’Aurélien vit Bérénice, il la trouva franchement laide » Dans « Aurélien » de LOUIS ARAGON. Youpi...Jamais entendu parler...Mais bon. On pouvait faire l'affaire. Sujet d'écriture ? Si ca lui allait à moitié, pas de quoi faire une rédac' ! Elle était pas en cours de philo non plus !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://Edrakan.deviantart.com
Invité

Invité



MessageSujet: Re: Azorius/Orzhov > Français.   Mer 18 Fév - 16:33

Mathieu regarda Lily entrer. Il lui fit un grand sourire, tout content de la voir. Il n’arrivait pas vraiment à la voir comme son élève depuis qu’il l’avait vu en dehors des cours. Mais le jeune homme était rassuré de voir que sa salle de classe ne serait pas vide. Ha, serait-ce son pire cauchemar ? Se lever tôt le matin, préparé soigneusement son cours et découvrir qu’aucun de ses élèves ne seraient présent ? Vous avez qu’à lui demander, vous verrez bien sa réaction, ça doit être plutôt intéressant. Sans vraiment bouger, il lui souffla un léger bonjours, tournant ensuite la tête vers la porte, pour ne pas sursauter si jamais un élève arrivait par derrière. Il était très calme, sérieux, serein. Il ne s’abandonnait pas à son coté gamin. Il regardait tout les élèves au travers de la porte ouverte, il les regardait qui passaient, sachant parfaitement la tête de tous ses élèves. Il était même près à sauter et attraper le premier qui passait sans s’arrêter, près à sécher les cours.
Une deuxième personne passa, ce fut Kazan, Mat’ observa le jeune garçon qui allait s’asseoir. Ne lui ayant pas dit bonjours, Joe’ ne broncha pas et ne dit rien, voyant très bien qu’il n’avait pas l’air très heureux de venir en cours. C’est vrai que le français n’est pas forcément une matière aimer des jeunes. En retournant vers la porte, son regard se posa sur la première arrivée, notre gus lui fit un petit sourire, reportant son attention sur la porte. Il sortit les mains de ses poches, vérifiant son nœud de cravate tel le maniaque de son apparence qu’il n’est pas. Il croisa ensuite les bras, il commencerait au prochaine élèves, les autres auront tout simplement moins de temps pour faire le travail qu’il pourrait peut être bien noté rien que pour leur rappeler d’être à l’heure. Monsieur Williams n’est pas un prof sadique, il tolère la plupart des choses, il sait ce qu’est d’être en retard parce que le réveil n’a pas sonné, même si cela lui arrive rarement je dois dire xD.
Une troisième personne entra enfin, une jeune fille. Celle-ci ne lui adressa pas non plus un bonjours. Mat’ leva les yeux au ciel. Peut-être attendre un autre élèves ?

-
Bon bah, tant pis pour les autres moi j’dis…

Il retourna à son bureau, laissant la porte grande ouverte. Posant un regard sur le peu d’élève qu’il avait là. Il décida que ce sera noté, mais il ne dit rien. L’air un peu énervé tout de même, ce qu’il faisait croire. Car il n’est pas du genre à s’énerver pour une bricole comme celle-ci.

-
Bon, bah travail d’écriture, vous l’avez compris. Ceux-ci est l’incipit (début d’un roman) d’ « Aurélien » de Louis d’Aragon. Ce que je vous demande, c’est, dans un cours récit, d’inventer la suite de cet incipit. Faites travailler votre imagination. J’passe dans le peu de rang qu’il y a, ça risque d’être noté…

Il souffla la dernière phrase, retournant près de la porte. Il prenait un malin plaisir à faire croire qu'il était énervé, chose qui lui arrivait rarement et qui n'était pas à envier.
Revenir en haut Aller en bas
Jayden A. Vanden
avatar



Nombre de messages : 210
Date d'inscription : 12/07/2007
Age : 23

Emploi : Mec
Animal : Loup Noir


MessageSujet: Re: Azorius/Orzhov > Français.   Mer 18 Fév - 19:01

    Jayden était entré juste derrière Kazan, et c'était installer à un siège en bordure de la classe, aimant observer les autres plutôt que de l'être. Le jeune homme n'avait jamais été réservé ou timide, très loin de là, croyez moi, mais l'un de ses passes temps consistait à décrypter les traits des autres. Comme le professeur là haut, qui cherchait à se faire croire en rogne. Le ton de la voix, certains gestes ne collaient pas avec l'humeur qu'il cherchait à jouer. Comment pouvait-il le savoir ? Jayden était comédien, nuit et jour. Je ne vous parle pas de théâtres, de cinéma non, mais un comédien envers les autres. Doué pour la manipulation et la comédie, sa manière de vivre n'était rythmée que par cela. Cependant, pour l'instant, il semblait tout à fait normal. Assis sur sa chaise, ses yeux d'un bleu pur suivant les mouvements du professeur sans en louper un seul, et pourtant, à l'intérieur, sa tête machinait, comme toujours, à une vitesse maximale. Aidan était ainsi : Incapable d'arrêter de réfléchir, de penser, d'anticiper. Il avait tellement l'habitude de vivre ainsi, que même s’il décidait d'arrêter, il en serait incapable. Brefons.

    « La première fois qu’Aurélien vit Bérénice, il la trouva franchement laide »
    Un livre de Louis Aragon. De 1945 si Aidan se souvenait correctement. Et la suite de l'incipit n'était-elle pas celle ci ; « Elle lui déplut, enfin. Il n'aima pas comment elle était habillée. Une étoffe qu'il n'aurait pas choisie. Il avait des idées sur les étoffes. Une étoffe qu'il avait vue sur plusieurs femmes. Cela lui fit mal augurer de celle-ci qui portait un nom de princesse d'Orient sans avoir l'air de se considérer dans l'obligation d'avoir du goût. Ses cheveux étaient ternes ce jour-là, mal tenus. Les cheveux coupés, ça demande des soins constants. Aurélien n'aurait pas pu dire si elle était blonde ou brune. Il l'avait mal regardée. Il lui en demeurait une impression vague, générale, d'ennui et d'irritation. Il se demanda même pourquoi. C'était disproportionné. Plutôt petite, pâle, je crois... Qu'elle se fut appelée Jeanne ou Marie, il n'y aurait pas repensé, après coup. Mais Bérénice. Drôle de superstition. Voilà bien ce qui l'irritait. Il y avait un vers de Racine que ça lui remettait dans la tête, un vers qui l'avait hanté pendant la guerre, dans les tranchées, et plus tard démobilisé. Un vers qu'il ne trouvait même pas un beau vers, ou enfin dont la beauté lui semblait douteuse, inexplicable, mais qui l'avait obsédé, qui l'obsédait encore : « je demeurai longtemps errant dans Césarée... » ?

    Il avait beau connaître la suite, lorsque le professeur annonça le devoir, Jayden décida de ne pas profiter de cela. Enfin, cette idée ne lui avait même pas traversé l'esprit. Aurélien. La plus belle histoire d'amour de la littérature française du vingtième siècle ? Bien. S'il fallait en écrire la suite, juste de l'incipit, Jayden s'y attellerait. Ecrire était un passe temps comme un autre. Il n'était sûrement pas le meilleur, mais sûrement pas le dernier non plus. De toute manière, en cours, il n'essayait jamais d'être le premier, et se contentait de tenir une bonne place. Attrapant une feuille double, Aidan soupira avant de trouver le dernier outil dont il avait besoin : de quoi écrire. Présentant tout d’abord le tout, Jayden se mit à écrire, se concentrant sur sa copie. Ce qu’il y avait autour de lui, personnes & objets, n’avait plus aucune importance. Plongé dans le silence depuis le début, il n’avait pas pris la peine de saluer le professeur. A croire que l’école n’accueillait que de terribles impolis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nathan L. Jagger
avatar



Nombre de messages : 250
Date d'inscription : 04/07/2007
Age : 27

Emploi : Au chômage
Animal : Tigre de Sibérie


MessageSujet: Re: Azorius/Orzhov > Français.   Mer 18 Fév - 19:36

  • Kazan était assis près de la fenêtre.
    Après lui était arrivé seuls deux autres élèves, une jeune fille, et un garçon. Kazan arrêta particulièrement son regard sur les traits du blond, qu'il en déduit beau garçon.
    Il se morda la lèvre et fronça les sourcils. Il y avait vraiment peu d'élèves qui venaient en cours. Enfin, tant mieux, ça lui faisait moins de présence humaine à tolérer.
    Il croisa ses mains sur sa table, et posa sa tête dessus.
    Kazan observait les élèves présents. 2 filles, 3 garçons en comptant le professeur.
    Puis il s'arrêta sur la phrase notée au tableau. Ce livre, il ne l'avait jamais lu, ni entendu parler.
    La phrase lui plut. Rien que ça, elle lui inspirait à lire le roman.
    Le professeur avait l'air de vouloir commencer son cours. Kazan quitta les yeux du tableau, et fixa le professeur, intensément. Au début, il se le décrivait, admirait ses traits, puis, il ne le fixa que parce qu'il était parti dans ses pensées.
    Les sourcils froncés, comme d'habitude, il parraissait le haïr, ce prof. Aucune raison, Kazan ne le conaissait pas plus que les autres élèves. C'était seulement l'air qu'il avait toujours en regardant les gens. Rarement un sourire détendait son visage.

    La voix du professeur le tira de ses pensées. Une voix agréable et masculine, qui l'invita déjà a revenir au prochain cour de francais.
    Il cligna des yeux un instant, avant de saisir les paroles du prof.
    "J’passe dans le peu de rang qu’il y a, ça risque d’être noté… "

    La seule phrase qu'écouta Kazan. Il râla après lui-même.
    Il se releva, et s'assit mieux dans sa chaise, avant de saisir vite fait une feuille et un vieux bic qui trainait dans son sac.
    Kazan, bien qu'il ne savait pas quoi faire, ne demanda rien aux autres. Jamais il ne demandait de l'aide. Il faisait toujorus tout, tout seul.
    Le jeune homme fit rouler son stylos entre ses doigts, agilement, en réfléchissant à ce qu'il allait écrire.
    Car, il avait deviné le sujet de l'expression écrite.
    D'un coup, il se pencha sur sa feuille, et se mit à écrire à toute vitesse, sans prendre le moindre brouillon.
    Son écriture était féminine et calligraphique. Rapidement, il commença a noircir sa page, le bruit du stylo grattant la feuille empli ses oreilles.
    Dans sa tête lui venaient les idées, l'inspiration. Depuis bien longtemps il n'avait pas mis les pieds dans un endroit scolaire, et voilà que tout lui revenait. Ou alors, il n'avait rien oublié. Peu importe.
    Kazan paraissait être parti en transe. Il écrivait sans beaucoup d'arrêts, ou alors pour s'étirer ou faire craquer les os de ses doigts. Ses yeux cependant ne quittaient pas la feuille.
    Un peu artiste, c'est de là que Kazan tenait toute son inspiration.
    Il avait l'impression d'être seul en classe. Les autres élèves avaient disparu dans son esprit.
    Si Kazan écrivait autant, ce n'était absolument pas pour avoir une bonne note. Les notes, ça lui passaient par une oreille et ressortaient tout de suite par la seconde. Non, c'est que ça lui permettait de s'évader. D'oublier un peu qui il était, le temps de quelques minutes.

_________________

I was born a shotgun in my hands. Behind the gun I'll make my final stand. And that's why they call me, Bad Company. I can't deny. Eye for an eye and a tooth for a tooth. Blood for blood. We've all gotta die.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Steven Wright
avatar



Nombre de messages : 78
Date d'inscription : 01/08/2007
Age : 22


MessageSujet: Re: Azorius/Orzhov > Français.   Mer 18 Fév - 23:20

Fly était perdue dans ses pensées et regardait passivement ce qui se passait autour d'elle quand elle se rendit compte qu'elle avait oublié de saluer le prof. Faute gravissime UU Bon, c'pas grave, elle se rattraperait le prochain coup... Elle regardait le prof attendre d'autres élèves qui ne vinrent pas, et regarda autour d'elle. Quatre élèves. Bon, c'était pas mal, l'était pas tout seul le prof, qu'est-ce qu'il avait à bouger dans tous les sens comme une sauterelle ? Elle était tellement dans ses pensées que les paroles du profs ne lui arrivèrent pas tout de suite. Quand elle s'en rendit compte, elle grommela, puis rangea son crayon de papier et sa gomme. Elle n’aurait pas le temps de tuer le temps...Mais bon, quand elle faisait des interros, elle avait rarement le temps de s'ennuyer. Sans même avoir le temps de saluer sa voisine, elle sortit des feuilles doubles de sa pochette et commença à écrire.
>> Expression écrite n°1...La première fois qu’Aurélien vit Bérénice il la trouva franchement l’aide…Produire une suite à cet incipit.
*Youpi…J’ai une idée : et il ne changea jamais d’avis, et mourut seul et sans potes… Bon, d’accord, au boulot ma vieille !*
>> Elle n’était pas franchement éblouissante, ses cheveux ne mettant pas en valeur son visage trop maquillé, ses vêtements n’étant pas en accord l’un avec l’autre. A part ca, il se demandait ce qui ne lui allait pas chez elle…peut être son nez trop droit, ses cils trop longs ou sa bouche trop petite…
Fly soupira et s’arrêta d’écrire. Ca n’allait pas, le sujet ne l’inspirait pas du tout. Mais pas du tout. Mais bon, vu que c’était…Noté, elle allait devoir s’y mettre. Et le prof passait dans les rangs, et vu qu’elle n’avait écrit que trois lignes…et m**de, c’était pas possible ca ! Elle passait son temps à lire, et elle détestait ces sujets…
>> Peut être changerait il de vision avec le temps, mais pour l’instant, il se demandait encore pourquoi cette vision qu’il avait eu, la veille, dans le parc, se ramenait sans cesse à sa mémoire ? Il n’en trouvait pas la raison…Elle était presque aussi grande que lui, avait des talons aiguille…Mais pourquoi donc tout ces détails lui revenaient donc à l’esprit ?
Bon, ca prenait forme…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://Edrakan.deviantart.com
Invité

Invité



MessageSujet: Re: Azorius/Orzhov > Français.   Jeu 19 Fév - 20:29

Lily regardait la salle se remplir , un regard désespéré inscrit sur son visage. Qu'est qu'il allait leur concocter encore. Ah le français... La philo d'accord mais le français. On pouvais pas échanger avec 3 h de bio.. non remarque c'est peut-être pas une si bonne idée.
La plupart des élèves semblaient aussi dépiter qu'elle. A vrai dire le français n'était pas une matière très apprécié. Lily n'aimait aucune matière xD , si ce n'est la biologie quand elle se rapportait au animaux.
Lily aperçu alors une Orzhov , elle la salua un grand sourire posée sur ses lèvres. Ouf elle ne serait pas seul pour ce calvaire.
- Salut Fly llança Lily , bhé oué en tant qu''Orzhov Lily connaissait ne cesse que de nom la jeune asiatique.
Lily aurait bien discuté encore un peu ( durant tout le cour si ça avait été possible Razz) mais la vox de Mr Williams tonna dans la salle...
Ah non par ça , pas un incipit ... Pourquoi tant de haine. La jeune von derr lui lança un regard suppliant. Pitié autre chose , pourquoi pas étudiez un texte , c'était toujours intéressant .
Le monde de Lilu s'écoula quand le verbe noter gronda dans ses oreilles. Nan pas ça ...
Lily avait toujours eu un mauvais réflexe , de dépit elle cogna sa tête contre sa table dans un bruit sourd. Elle resta ainsi pendant plusieurs minutes cherchant désespérément à écrire quelques choses.
Non mais qu'est qu'elle s'en foutait de leur histoire à ces deux la. Ils avaient qu'à se sauter dessus et voila fini , ils vivraient heureux jusqu'a la fin des temps , les enfants et les chiens partout. Ou peut-être qu'un des deux allait mourir dans d'atroce s souffrances xD.
Lily souffla de désespoir , Fly avait déjà commencé a écrire ... ils avaient tous commencé à écrire.
Bon , La jeune femme prit une grand bouffée d'air frais , ça devait pas être si compliqué que ça...
Du tout façon fallait bien se lancer

La première fois qu’Aurélien vit Bérénice, il la trouva franchement laide ? Celle ci n'avait vraiment rien de particulier. Elle sortait de sa province , petite paysanne qui ne connaissait rien à la grande ville . Mais Bérénice avait cette chose en plus , elle était déterminé et voulait réussi. A vrai dire ce jour là , n'était rien d'autre que le jour de son arrivée. Elle s'étaient perdu , il avait plu toute la journée. Autant dire que la jeune femme ne ressemblait à rien . Si seulement Aurélien avait prit le temps de bien le regarder... Hélas l'homme est cupide , les apparences sont tellement trompeuse , ce jour là Aurélien en fit les frais. Quelques temps plus tard , Bérénice était devenue une véritable citadine comme une fleur qui met du temps à éclore elle était devenue magnifique.. La seconde fois que Bérénice fit Aurélien , elle le trouva insignifiant ,il n'était rien d'autre que l'homme qui lui avait jeté un regard dédaigneux le jour de son arrivée..


Lily releva le nez de sa feuille , bon ça semblait potable..
.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité



MessageSujet: Re: Azorius/Orzhov > Français.   Ven 20 Fév - 13:45

Le jeune garçon abandonna son air énervé, toujours face à son bureau. Recomptant bien tous ses rangs, il avait 4 élèves. Mouhahaha, un sourire sadique trônant au milieu de son visage, il se dirigea vers la fenêtre, venant d’abords regarder les garçons. Non, ce n’est pas de la discrimination, c’est juste que ça avait été les premiers à se lancer dans l’écriture de cette fichue suite d’incipit. Son regard traversa la vitre, il regardait l’eau tomber. Personne n’était dehors, ou alors, il avait quelques personnes qui couraient, se protégeant de la pluie avec n’importe quoi. Mathieu se détourna finalement de la fenêtre, laissant ses pensées de côté, revenant à la réalité. Le jeune homme prit une chaise dans le rang devant celui des garçons, et il s’assit, ne prenant pas la peine de tourner la chaise, il s’était assis à l’envers, s’accoudant au dossier de ladite chaise. Il arrivait à lire à l’envers (il s’était entraîné dans sa chambre quand il n’avait rien d’autre à faire xD) Il commença d’abords à lire le texte de Jayden, attentivement. Le travail était noté, mais rien de bien méchant, Mat’ allait passer dans les rangs, indiquant les éventuels fautes d’orthographe, de grammaire, de syntaxe. Comme quoi, les élèves pourraient avoir une bonne tout à fait facilement, mais il ne laisserait pas la chance aux autres de rattraper… Méchant…
Le jeune homme avait commencé à écrire comme ça, il ne semblait pas vouloir de brouillons. On avait l’impression qu’il écrivait comme si c’était une chose banal pour lui. Alors qu’il y a des gens à qui il faut du temps pour trouver l’inspiration, il y en d’autre où ça vient comme ça. Comme tous les autres élèves si l’on regarde bien. Il semblait avoir une bonne imagination, et le silence du jeune homme força le prof’ à le laisser tranquille pour continuer.
Joe se tourna alors vers son voisin. Il était content d’avoir des élèves qui avaient des facilités à écrire, à sortir leur imagination de leurs têtes pour les mettre sur du papier. Il recommença donc à lire à l’envers, tel un pro qui a fait toute sa vie xD. Kazan avait bien plus écrits que les autres, il semblait très à l’aise, et Mat’ sourit légèrement, prenant son temps pour lire l’écriture, qui était très simple à lire, du jeune homme. Les deux élèves qu’il venait de voir semblait à l’aise avec l’orthographe, il n’avait rien à leur dire.

-
Continuez, c’est très bien…

Le jeune homme parlait au deux garçons, il se leva, ne rangea pas la chaise, sachant très bien qu’il reviendrait un peu plus tard. Il remit les mains dans les poches, regarda par la fenêtre, la pluie s’étant calmée légèrement. Puis il alla vers son bureau et saisit un petit papier censé noté les absents, seulement il nota plutôt les élèves présents xD Puis il alla vers le rang des filles, faisant exactement la même chose avec la chaise du rang de devant. Il regarda d’abords la copie de Fly.
Les élèves avaient bien compris que la première phrase de l’incipit forçait l’écrivain (les élèves xD) à faire une description de Bérénice, ensuite c’était libre. Tout en lisant, la jeune fille marqua un arrêt, peut-être que le sujet ne lui plaisait pas ? Malheureusement, il fallait bien trouver quelque chose. Mais elle avait le temps.

-
Prend ton temps, tu peux très bien recommencer plusieurs fois…

C’était bénéfique de recommencer à écrire, on pouvait revoir des choses, garder des choses de son ancien texte, en rajouter. Mat’ leur aurait bien conseiller de prendre un brouillon mais lui même n’en utilisait pas.
Il se tourna alors vers Lily, qui semblait vraiment peut contente de ce sujet. Elle avait été la dernière à se mettre en marche. Il lui fit un maigre sourire. Posant les coudes sur la table, et sa tête entre ses mains. Quand elle releva le nez de sa feuille, il la saisit et lit le texte de la jeune fille, prenant son temps. Il se recula légèrement, posant son dos en arrière sur la table. Il lui rendis, finalement, un petit sourire sur les lèvres.

-
Continue, c’est vraiment bien…

Il se releva, et regarda sa montre.

-
Vous avez jusqu'à la fin de l'heure, après on fera autre chose... Il vous reste 45 minutes, mais je ne veux pas forcément quelque chose de gros, prenez votre temps.
Revenir en haut Aller en bas
Emily L. Dior
avatar



Nombre de messages : 7
Date d'inscription : 19/02/2009
Age : 21

Emploi : Féminin
Animal : Panthère


MessageSujet: Re: Azorius/Orzhov > Français.   Ven 20 Fév - 20:22

    05:59 AM

    Telle était l’heure qu’indiquait le réveil d’Emily. Elle avait déjà les yeux grands ouverts et elle fixait la petite machine, immobile. Quelques secondes plus tard, le réveil affichait six heures du matin et une petite sonnerie retentit. Le genre de sonnerie qu’on déteste entendre le matin. Mais comme Loane était déjà réveillée depuis quelques minutes, ça ne la dérangea pas plus que ça puisqu’elle appuya aussitôt sur le bouton qui l’arrêtait. Elle se releva et lâcha un petit soupir avant de se diriger vers son armoire où elle choisit les vêtements qu’elle allait mettre. Un jean noir et une chemise blanche à minuscules carreaux noirs avec un petit survêtement gris tout doux par-dessus. Sans oublier ses sous-vêtements. Pieds nus, elle se dirigea vers les douches où elle se lava tranquillement. Chose faite, elle se rhabilla, se coiffa, se maquilla et tout le tralala... Enfin prête, elle se dirigea vers le self pour prendre son petit déjeuner. Le self étant dans l’autre bâtiment, elle commença à courir avec ses deux jambes pour finir sur quatre pattes là où sa vitesse se multiplia. Elle n’avait pas de temps à perdre alors autant s’y rendre rapidement sous forme animale. En plus, il pleuvait dehors alors raison de plus ! Du bout du couloir, la panthère apercevait un élève ouvrir la porte pour se rendre dehors. Elle sprinta pour ne pas se prendre la porte en plein museau. Alors qu’elle était sur le point de se refermer, Emily bondit brusquement et elle réussit à sortir sans avoir le besoin de se retransformer en humaine. Elle entendit derrière elle la porte claquer, y’a pas de mal. Par contre, l’autre élève n’allant pas au même endroit qu’elle, il était difficile pour elle de rentrer dans l’autre établissement en félin. Ils ont peut-être des griffes mais pas de doigts alors ils leur aient difficile d’ouvrir une porte avec une clenche. Arrivée devant cette porte, elle se retransforma en humaine en une fraction de seconde. Cela faisait longtemps qu’elle contrôlait son pouvoir et elle connaissait toutes les choses à savoir là-dessus sur le bout des doigts... ou des griffes. ^^ Ouvrant la porte avec un sourire sur les lèvres, avec son autre main, elle enroulait une de ses mèches bouclées autour de son doigt. N’abusant pas trop de son don, elle finit le chemin à pieds jusqu’au restaurant où elle engloutit un bol de céréales et une tartine de Nutella en présence d’une personne fort sympathique avec qui elle échangea plusieurs paroles. Son repas terminé, elle jeta un coup d’œil à sa montre, il était dans les environs de huit heure moins le quart. Il lui restait du temps avant que son premier cours ne commence. Elle se leva et débarrassa ses couverts mais à ce moment précis, un jeune homme débarqua en foulé et poussa brutalement la brunette qui renversa son plateau où son assiette se brisa. Et pour couronner le tout, elle tomba sur les bouts de verre. Aïe. Elle se releva et regarda ses bras, pleins de sang. C’était bien le moment, tiens ! Ça lui picotait un peu quand même et elle dût se rendre à l’infirmerie où il y avait déjà plusieurs élèves. À croire qu’ils jouaient tous au malade... Elle soupira et s’assit sur une chaise où elle attendit un bon quart d’heure le temps que l'infirmière soignent tous les autres élèves. Pour passer le temps, elle dévisageait tout le monde et pensait à son cours de français. Bien que le prof soit un peu maladroit quand il parle, il est sympa. C’était loin d’être la première fois qu’elle l’avait et elle commençait à le connaître ce prof. Un professeur plutôt jeune d’ailleurs, espiègle dirait-on. Il déteste la poussière de craie et est mal ordonné. Malgré ça, il peut être gentil. Bon bien sûr, elle ne connaissait Monsieur Williams qu'en temps que professeur, rien d'autre. Elle ne l'avait jamais croisé ailleurs qu'en classe. Quand ce fut enfin le tour de Loane de se faire soigner, elle lâcha un soupir de victoire. L’infirmière examina ses bras et, curieuse, lui demanda ce qui lui est arrivée et Miss Dior lui raconta tout en quelques mots. Après avoir fait quelques commentaires, elle lui désinfecta tout ça avec soin et bientôt, elle fut libérée. En sortant, elle regarda sa montre encore une fois : huit heures dix. Le temps qu’elle arrive à la salle, il serait et quart. Et dire qu’elle était bien à l’heure et tout. Avant d’entrer dans la pièce où se déroulait son cours, elle sortit le billet que l’infirmière lui avait fait et elle remit son sac sur le dos. Elle inspira à fond avant de toquer à la porte. Elle savait que Monsieur Williams n’aimait pas quand on était en retard, comme tous les autres profs en fait, mais là, elle avait une bonne excuse.

    « Bonjour M’sieur Williams. Désolée d’être en retard mais j’ai eu quelques petits soucis au self. » lui dit-elle d'une voix vive avec un léger accent britannique.

    Elle lui apporta la petite feuille et tourna la tête vers la classe. Wouaaah, quatre élèves ! C’était un record ! Elle leva les yeux au ciel et s’assit à un banc qui se trouvait entre ceux des deux garçons. Elle regarda vite-fait ce que faisait les autres et elle sortit sa trousse, une double feuille et pour finir, elle regarda le tableau. « La première fois qu’Aurélien vit Bérénice, il la trouva franchement laide » Dans « Aurélien » de LOUIS ARAGON. Euh, oui, et après ? Ne voulant pas déranger le prof, elle préféra déranger un élève. Elle tapota alors légèrement l’épaule du blondinet devant elle.

    « Excuse mais, qu’est-ce qu’il faut faire ? » lui chuchota-t-elle.


Dernière édition par Emily L. Dior le Ven 13 Mar - 14:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wild-spirit.keuf.net/
Steven Wright
avatar



Nombre de messages : 78
Date d'inscription : 01/08/2007
Age : 22


MessageSujet: Re: Azorius/Orzhov > Français.   Sam 21 Fév - 23:02

[Ecriture : note this : http://www.dafont.com/fr/search.php?psize=m&q=note+this ]

Fly leva la tête de sa feuille et regarda sa voisine quelques secondes, avant de répondre à son salut, un peu tardivement.

"Salut, Lily...Bonne chance..."

Elle replongea dans sa feuille, pour se relire depuis le début.
Expression écrite numéro 1...La première fois qu’Aurélien vit Bérénice il la trouva franchement l’aide…Produire une suite à cet incipit.

Elle n’était pas franchement éblouissante, ses cheveux ne mettant pas en valeur son visage trop maquillé, ses vêtements n’étant pas en accord l’un avec l’autre. A part ça, il se demandait ce qui ne lui allait pas chez elle...peut être son nez trop droit, ses cils trop longs ou sa bouche trop petite...
Peut être changerait il de vision avec le temps, mais pour l’instant, il se demandait encore pourquoi cette vision qu’il avait eu, la veille, dans le parc, se ramenait sans cesse à sa mémoire ? Il n’en trouvait pas la raison...Elle était presque aussi grande que lui, avait des talons aiguille...Mais pourquoi donc tout ces détails lui revenaient donc à l’esprit ?

Que pouvait elle mettre ensuite ? Elle réfléchit encore quelques secondes, et vit entrer une fille, avec un pansement sur la main. Elle tenait à la main un papier comme quoi elle arrivait de l'infirmerie. Fly lui adressa un signe de tête, qu'elle ne remarqua visiblement pas, puis se remit à plancher.
Il réfléchit un moment, assis sur une chaise. Il était chez lui : une petite maison que son salaire d'employé de banque pouvait se permettre, avec des meubles en bois brut et des tapis chatoyants. Il regarda autour de lui. Tout était meublé avec goùt. Il respira à fond, soupira, et se leva. Il attrapa son manteau accroché près de la porte et l'enfila en sortant.
Il marchait d'un pas mesuré, et il arriva, comme naturellement, au parc où la rencontre, aussi brève fut elle, avait eut lieu. Il s'assit sur un banc public et laissa ses pensées voguer hors du monde... Il repensa, comme naturellement, à la femme qu'il avait croisé voilà maintenant trois jours. Il la revoyait clairement dans son esprit...Mais n'arrivait pas à la trouver belle, à faire abstraction de ses défauts. Elle avait un chapeau de mode dépassée, une longue robe un peu passée...Il ne trouvait rien de beau dans son attitude, et il ne savait pas pourquoi son regard avait accroché cette femme à la mine sévère et réfléchie.

*Ca fait combien de ligne, la suite d'un incipit ?* Elle releva le nez de sa copie, et se rendit compte que le prof, quelques minutes plus tôt, lui avait fait une remarque. *Recommencer ? C'est si nul que ca ? Zut >< Tant pis, moi, quand je pars sur une idée, j'y reste ! Surtout que j'en ai pas d'autre UU" Mais même là...Je mets quoi ? Qu'il la revoit ? Nan, ca va pas... Qu'il...Voit un peintre qui vend des toiles avec une toile qu'il trouve superbe avec une dame dessus et qu'en fait c'est elle ? Youpi...Zou !*
Aurélien revint à la réalité un peu moins d'une heure plus tard, pour se lever et commencer à rentrer chez lui d'un pas tranquille. Il marchait depuis quelques minutes quand il vit un peintre exposant ses oeuvres. Ce dernier était justement en train de colorer une toile avce des couleurs pastels, peignant la succéssion de toit que l'on pouvait apercevoir d'ici. Mais ce n'est pas l'action que faisait l'homme qui retint l'attention du jeune homme : Ce fut une autre toile. Une toile où on pouvait apercevoir une jeune femme d'une beauté exquise se balancant doucement sur une balançoire à l'air un peu miteuse, tout cela dans un univers de couleurs de style ancien, comme une vieille photo ressortie d'une malle. Aurélien attrapa la toile d'un mouvement vif, et le peintre le laissa faire, absorbée par son oeuvre.
*Ca prend forme !*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://Edrakan.deviantart.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Azorius/Orzhov > Français.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Azorius/Orzhov > Français.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Lettre ouverte de la famille de François R. Marcello, enlevé le 12 janvier.
» Jean Raspail à l'Académie Française
» Faut-il un cours de littérature ou un cours de Français !
» Hector épagneul français de 3ans (dpt 86)
» Le fils de Michel François a été assasiné
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
INSIDE MY HEAD ™ :: FIRST STEP :: 
Archives
 :: 
Old Time
-